Metamor-
phosis

Visite virtuelle de l’exposition METAMORPHOSIS à Montréal

Cette expérience n'est pas disponible sur mobile.

Démarrer la visite

À propos

Quelles transformations individuelles ou sociétales suivront la pandémie mondiale de 2020 ?

METAMORPHOSIS fait référence au Livre des transformations Classique des Changements (I Ching) et propose qu'aujourd'hui, le changement constant nous permet d’élargir notre compréhension de la relation entre humanité, nature et technologie.

Selon le (I Ching) Classique des Changements, la société humaine est en constante transformation, et tout est sujet à la mutation ; cependant, il existe un noyau qui ne change jamais. En comprenant profondément ce noyau, il est donc possible de prévoir l'avenir.

METAMORPHOSIS 2020 recherche des tendances fondamentales dans cette relation triangulaire afin de susciter des réflexions sur l'Humanité en ce moment d'incertitude.

Co-commissariée par DooEun Choi, Directrice artistique de Hyundai Motor Company à Séoul et Alain Thibault, directeur artistique d’ELEKTRA

Œuvres présentées

Shinseungback Kimyonghun

Cloud Face
(Real Time, 2015)

Commande du ZKM | Center for Art and Media Karlsruhe, Allemagne.

Les humains voient des figures dans les nuages : des animaux, des visages et même un dieu. Ce type de perception apparaît également dans la vision artificielle : les algorithmes de détection des visages en trouvent parfois là où il n'y en a pas.

Cloud Face est une collection d'images de nuages qui sont reconnues comme des visages humains par cet algorithme, résultat d'une erreur de vision de la machine mais ils ressemblent souvent à des visages pour les yeux humains. Les humains savent pourtant que ce ne sont pas de vrais visages. Les humains imaginent plutôt ces visages provenant des nuages.

En savoir plus

Herman Kolgen

LifeFORM (2020)

Commandée par Paradise City

Contraintes et transformations vont de pair dans ce monde où l'être humain, pris entre l'infiniment grand et l'infiniment petit, reste connecté à tout. La pandémie mondiale actuelle force amèrement toute la société humaine à évoquer à nouveau cet axiome ignoré, qui devient la source d’inspiration de cette œuvre. À partir de ce constat et des réactions en chaîne que ce contexte nous impose, elle explore la “position humble” que nous occupons entre le visible et l'invisible, définie par notre interdépendance avec toutes les formes de vie. Notre espèce n'a pas le choix de se métamorphoser et d'innover.

En savoir plus

Xavier Snelgrove & Mattie Tesfaldet

Latent Space Interpolation (2019)

Pour leur article scientifique, Fourier-CPPNs for Image Synthesis, les deux artistes ont inventé un nouvel algorithme générant des images en se basant sur les techniques récentes d'intelligence artificielle. Il passe de l’idée qu’il se fait de chacun des portraits des artistes à un territoire inexploré entre les deux. Parmi les infinies possibilités de transition entre ces images, le chemin parcouru laisse entrevoir les structures internes et les défauts normalement invisibles de l'algorithme, indiquant de nouvelles intuitions sur ses capacités, de nouvelles directions esthétiques à explorer.

En savoir plus

Refik Anadol

Space Dreams / Urban Dreams / Nature Dreams (2020)

Space Dreams transforme un vaste ensemble de données d'images capturées à partir des stations spatiales internationales (ISS), ainsi que des images satellites des topologies de la Terre, en un tableau de données dynamiques.

Urban Dreams offre de nouvelles perspectives sur les possibilités de représentation qui émergent à l'intersection de la technologie avancée, mémoire urbaine et art contemporain.

Nature Dreams est une série d'expériences de réalité synesthésique utilisant plus de 69 millions d'images des parcs nationaux, de l'Islande et d'autres merveilles naturelles.

En savoir plus

Justine Emard

Soul Shift (2018)

Soul Shift (2018) de Justine Emard est un film qui montre une interaction entre deux robots humanoïdes générée par intelligence artificielle. Les robots sont programmés par le laboratoire d'Ishiguro à l'université d'Osaka et par Takashi Ikegami à l'université de Tokyo : Alter 1 invente des gestuelles et tente d’interagir avec Alter 2. Le robot semble intrigué par l’inertie de son sosie, voire s’en approche dans un geste de reconnaissance et d’affection.

En savoir plus

EXONEMO

Kiss, or Dual Monitors (2017)

Dans Kiss, or Dual Monitors, deux moniteurs LCD sont suspendus au plafond. Ils affichent les visages de différentes personnes à l'écran, et sont placés l’un contre l’autre alors que celles-ci s'embrassent. L'œuvre interroge la relation entre le sentiment émotionnel et les dispositifs d'information.

En savoir plus

Michel de Broin

Les châteaux de sable (2015)

Les châteaux de sable est une installation conçue spécifiquement pour un petit espace de bureau situé au sommet d’un gratte-ciel du centre-ville de Toronto. L’installation peut être décrite comme une chaîne de montage qui crée des châteaux de sable ; les expédie dans un voyage sur tapis roulant et précipite fatalement leur destruction. Le sable est alors récupéré, recyclé et un nouveau château est créé. Le cycle est activé par la position de la lune dans le ciel, qui influence les marées terrestres.

En savoir plus

LOUIS-PHILIPPE RONDEAU

LIMINAL (2018)

LIMINAL est une installation interactive qui vient mettre en image l’inexorable passage du temps. Elle cherche à réifier la frontière entre le présent et le passé. Dans un espace sombre, une arche lumineuse : il s’agit d’un portail temporel. Lorsqu’on traverse cette démarcation, notre reflet projeté sur le mur adjacent se voit déployé dans le temps grâce à la technique du slit-scan. Telle une métaphore visuelle – le passé qui s’empare sans cesse du présent – notre image se perd inexorablement dans la blancheur éthérée de l’oubli.

En savoir plus

Samuel St-Aubin

Prosperity II (2020)

Prosperity est un dispositif autonome qui manipule les grains de riz. Une pince se déplace d’un support à l’autre, saisissant sur son passage les grains qui ont été placés aléatoirement pour ensuite les classer de façon ordonnée sur d'autres supports. À la suite de ce processus, les grains de riz sont ainsi alignés et leur orientation initiale a été conservée. Limité par ses perceptions, l’œuvre met en évidence les échanges entre la machine et la matière. Le grain de riz, symbole de fertilité est soigneusement numérisé et mémorisé pour être déplacé.

En savoir plus

Ryoichi Kurokawa

Unfold (2016)

Inspirée par les dernières découvertes dans le domaine de l'astrophysique, l'installation immersive et sensorielle de l'artiste japonais Ryoichi Kurokawa, cherche à traduire en sons, images et vibrations, les phénomènes entourant la formation et l'évolution des étoiles.

Avec Unfold, Ryoichi Kurokawa s'intéresse à la synesthésie, en fusionnant les matériaux sonores et visuels, au service d'un projet art/science inspiré des découvertes récentes.

En savoir plus

Lu Yang

Playing on my mind (2020)

La vidéo de Lu Yang pour The 1975 est interprétée dans le monde virtuel par son alter-ego numérique non binaire Doku, créé en utilisant les dernières technologies de numérisation 3D, capture de mouvement et modélisation numérique. Il nous montre comment ce monde virtuel, celui de la création et de l'imagination numériques, dans lequel vous regardez son film, n'est pas si différent de la planète sans espace-temps de son imagination : un lieu de création où nous pouvons jouer avec nos identités et nous explorer, nos nombreux moi parallèles, et les préparer à de nouvelles dimensions et univers.

En savoir plus

Adad Hannah

Social Distancing Portraits (2020)

Commencée le 14 mars 2020, alors que la pandémie de coronavirus continuait de sévir, il s'agit d'une compilation de courts portraits vidéo inédits de personnes qu'Hannah a rencontrées dans la rue. Ils comprennent un large éventail d'individus, de familles, d'amis, de commerçants, d'étudiants, de manifestants, de travailleurs de la santé, tous utilisant un objectif long d'une distance d'au moins 5 mètres. Bien que principalement réalisées dans les rues et qu'elles contiennent en grande partie des images d'étrangers, ces œuvres sont très proches du portrait, intimes, inébranlables et directes.

En savoir plus

Daniel Iregui

ANTICORPS (2020)

ANTICORPS est d’abord une expérience interactive en ligne conçue durant le confinement causé par la pandémie, où les rencontres sociales ont toutes été transformées en appels-vidéoconférence. Il simule ce phénomène et devient une «réunion» virtuelle sans fin, accessible en tout temps par tour le monde, invitant les intervenants à faire des expressions faciales suivies par un système de tracking qui réagit en y superposant divers motifs et sonorités.

Avec le relâchement progressif des mesures de confinement, ANTICORPS s’est développée en installation physique pour espaces publics.

En savoir plus